Actualité en Algérie

Défis et promesses : le nouveau géant de l’acier à Béchar captive l’Algérie

Dans une démarche ambitieuse vers le développement économique et industriel, l’Algérie se lance dans un projet majeur visant à renforcer sa position sur le marché international des matières premières. Au cœur de cette initiative, la wilaya de Béchar se distingue par la mise en place d’un centre de commandement dédié à la surveillance du projet de ligne ferroviaire minier reliant le gigantesque gisement de Gara Djebilet au port d’Arzew. Cette infrastructure, destinée à l’exportation des ressources minérales, s’inscrit dans une vision globale de valorisation des richesses naturelles du pays.

Le Wali de Béchar, Mohamed Saïd Ben Qamou, a annoncé que les travaux d’aménagement de cet ambitieux projet minier et de l’usine sidérurgique attenante débuteront avant la fin du mois courant dans la région de Toumiate. S’étendant sur une superficie initiale de 3.000 hectares, avec une possibilité d’extension, et situé à 40 km au nord de la wilaya, ce projet constitue un pas de géant dans l’exploitation des vastes réserves minérales de Gara Djebilet à Tindouf.

Selon un communiqué de la wilaya de Béchar, Mohamed Saïd Ben Qamou a présidé une réunion de coordination cruciale, en présence du directeur de projet Anesrif, des représentants du consortium d’étude et d’entreprise, ainsi que des responsables de Naftal chargés de la construction d’un centre de stockage de carburant. Cette rencontre a marqué l’approbation initiale des emplacements des gares de marchandises à Toumiate, lieu d’implantation de la future usine de fer et d’acier, tout en suivant l’avancement des préparatifs pour le nouveau pôle industriel, promesse de création de richesse et d’emplois, notamment 1.000 postes durant la phase de production.

READ  Algérie et Zambie: Un nouveau chapitre s'ouvre dans la coopération scientifique

Dans une directive ciblée, le chef de l’exécutif de Béchar a appelé tous les directeurs exécutifs concernés à accélérer le rythme des réalisations, à lever tous les obstacles et à coordonner l’effort collectif pour faciliter la tâche au consortium chinois (CMC), composé de trois grandes entreprises chinoises en partenariat avec la Société Nationale de Fer et d’Acier (Feral), pour lancer les travaux avant la fin du mois d’avril courant.

Le coût financier de cette initiative phare est estimé à 1 milliard de dollars, en collaboration avec Feral et le consortium chinois. L’objectif est de produire des rails et des constructions métalliques à partir du minerai de fer extrait de Gara Djebilet.

Ce projet monumental fait partie des efforts inlassables de l’État algérien pour développer le potentiel minier de Gara Djebilet. La première phase (2022-2025) prévoit l’extraction de 2 à 3 millions de tonnes de minerai de fer, en attendant la finalisation de la ligne ferroviaire, ce qui marquera un tournant décisif dans l’exportation de ces ressources. La stratégie algérienne vise notamment à réduire la facture annuelle d’importation de minerai de fer, qui s’élève à environ 1 milliard de dollars, en produisant localement cette matière première vitale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
P