Actualité en Algérie

L’incroyable exploit de l’Algérie: 4 ans sans importer une seule goutte de carburant

Dans un panorama énergétique national marquant tant par ses avancées que par son indépendance, l’Algérie s’impose comme un acteur incontournable sur l’échiquier des hydrocarbures à l’échelle mondiale. Grâce à une politique énergétique audacieuse menée de front par Sonatrach et ses filiales, la nation africaine a réalisé un exploit remarquable : l’autosuffisance en matière de carburants. Les investissements conséquents dans le secteur du raffinage pétrochimique et le fonctionnement optimal des raffineries ont permis à l’Algérie de s’affranchir des importations de carburant depuis près de quatre ans.

Cette remarquable autonomie énergétique ne s’est pas faite au détriment de la qualité de l’environnement. Bien au contraire, l’Algérie, pays principalement gazier, a pris des mesures pour encourager la conversion des véhicules à l’utilisation de gaz de pétrole liquéfié (GPL), connu pour ses faibles émissions polluantes. D’après Nidhal Redhid, président de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH), cet effort s’inscrit dans une démarche plus large visant à réduire la consommation locale de carburants afin d’accroître les volumes exportés.

Le virage vers le GPL a d’ailleurs porté ses fruits, comme l’atteste la croissance annuelle de sa consommation, qui enregistre une hausse régulière entre 12 et 15%. Les chiffres de 2023 illustrent cette tendance, avec un usage du GPL atteignant 1.73 million de tonnes, contre 1.55 million de tonnes en 2022. Un engouement qui vient couronner les efforts de sensibilisation et les incitations à l’adoption de carburants moins polluants.

La performance énergétique de l’Algérie ne s’arrête pas là. Sur le front des exportations, notamment de gaz, le pays explore de nouveaux horizons et marchés, renforçant ainsi son statut de fournisseur fiable et privilégié pour plusieurs pays européens. L’objectif étant de diversifier les sources de revenus et de consolider l’autosuffisance nationale dans un contexte économique mondial fluctuant.

READ  Découvrez le nouveau pôle universitaire d'Aïn Defla, une révolution éducative en Algérie

Au regard du contrôle et de la régulation du marché des hydrocarbures, l’ARH, depuis sa création en 2005, joue un rôle primordial. Veillant à l’adéquation des projets avec les exigences environnementales et sécuritaires, elle garantit aussi la conformité des installations et des équipements aux normes en vigueur. Cette surveillance rigoureuse assure une exploitation responsable des ressources naturelles, dans le respect de l’environnement et des populations.

Néanmoins, le tableau ne serait pas complet sans évoquer les défis à venir. Le dynamisme économique de l’Algérie est synonyme d’une augmentation potentielle de la consommation de carburants. La reprise des importations de véhicules, conjuguée à l’initiation d’une industrie automobile nationale, dessine un avenir où les besoins en énergie seront grandissants. Face à cette perspective, l’ARH continue de peaufiner sa réglementation, notamment à travers un nouveau projet de loi visant à réorganiser le marché des stations-service pour garantir une concurrence équitable et une meilleure qualité de service.

Ces initiatives reflètent la volonté de l’Algérie de consolider son autonomie énergétique tout en adoptant une approche équilibrée entre développement économique et préservation de l’environnement. Un défi de taille que le pays semble relever avec brio, affirmant ainsi sa position en tant que leader énergétique responsable sur la scène internationale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
P