Actualité en Algérie

Le projet phare de gazoduc Nigeria-Niger-Algérie avance et promet de dynamiser le marché mondial

Dans un élan de renforcement des liens énergétiques et stratégiques, l’Algérie demeure au cœur d’un projet d’envergure qui rapproche les nations dans un objectif commun : celui d’optimiser les ressources gazières africaines pour le bénéfice partagé. En effet, lors d’une rencontre hautement significative à l’occasion du sommet des pays exportateurs de gaz, des discussions approfondies ont eu lieu entre l’Algérie et le Nigeria, marquant une étape décisive vers la concrétisation du projet d’oléoduc transsaharien. Cet oléoduc, s’étendant sur 4128 km et reliant le Nigeria à l’Algérie via le Niger, incarne une vision ambitieuse pour l’avenir de l’énergie en Afrique et au-delà.

Le Ministre d’État nigérian pour les ressources pétrolières chargé du gaz, Ekperikpe Ekpo, a affirmé avec force le renouveau de l’engagement de son pays vers la réalisation de ce projet vital et stratégique, qui promet de dynamiser l’approvisionnement en gaz sur le marché mondial. Cette déclaration s’inscrit dans une volonté mutuelle des deux nations, reconnues parmi les principales productrices de gaz, de franchir un nouveau cap dans leur coopération énergétique.

Lors de leurs échanges, Mohamed Arkab, Ministre algérien de l’Energie et des Mines, et son homologue nigérian ont exploré les avenues de collaboration bilatérale dans divers secteurs clés tels que l’exploration pétrolière, la pétrochimie, le transport et la commercialisation du gaz naturel. Cette rencontre souligne l’importance accordée à ce projet, qui non seulement offrira des débouchés considérables pour le gaz africain mais marquera également une avancée significative dans la coopération énergétique continentale.

En plus d’améliorer le paysage énergétique régional, le projet d’oléoduc transsaharien est perçu comme un moteur de développement infrastructurel, tirant parti des capacités existantes de l’Algérie. Avec une enveloppe budgétaire estimée entre 10 et 12 milliards de dollars, sans compter 3 milliards dédiés aux centres de rassemblement, le projet vise à intégrer de manière optimale les ressources gazières jusqu’aux marchés européens, en s’appuyant sur la position stratégique et les infrastructures avancées de l’Algérie.

READ  Nouvelle collaboration Algérie-OMS : un programme de santé transformateur en marche

L’ouverture de la 7ème somme du Forum des pays exportateurs de gaz à Alger, en présence de dignitaires et de responsables de haut niveau, témoigne de l’importance capitale de ces initiatives. Ce congrès marque le début d’un dialogue stratégique renouvelé, promettant un avenir énergétique sécurisé et durable dans un paysage géopolitique mondial en mutation.

Le Ministre Ekpo a également souligné le rôle crucial du Forum des pays exportateurs de gaz, une entité internationale regroupant les principaux producteurs de gaz du monde. Il a exprimé l’espoir que les recommandations issues de cette rencontre viendraient soutenir les efforts de développement des infrastructures gazières, facilitant ainsi l’accès aux nouveaux marchés et garantissant la sécurité et la durabilité des approvisionnements énergétiques.

Cet engagement conjoint entre le Nigeria et l’Algérie, mettant en avant le potentiel du gaz comme alternative propre aux énergies fossiles et comme complément aux énergies renouvelables, symbolise une étape importante vers une collaboration énergétique africaine renforcée, ouvrant la voie à un avenir d’opportunités et de prospérité partagées.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
P