Actualité en Algérie

L’enseignement supérieur en Algérie révolutionné par une nouvelle plateforme IA

Dans un contexte où l’éducation et la recherche scientifique occupent une place prépondérante dans le développement et le progrès de toute nation, l’Algérie franchit un nouveau pas en avant. En effet, le conseiller du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdeljabbar Daoudi, a levé le voile sur une innovation majeure : le lancement d’une nouvelle plateforme dotée d’intelligence artificielle, destinée à optimiser les choix des études pour l’année universitaire 2024-2025.

Lors de son intervention dans l’émission « Invité du matin » sur la chaîne première de la Radio algérienne, Daoudi n’a pas manqué de souligner l’excellence des universités nationales. Selon lui, ces dernières se hissent au niveau des grandes universités internationales, une affirmation étayée par plusieurs indices significatifs. Parmi ceux-ci, il convient de noter l’entrée de 23 universités algériennes dans des rangs avancés des classements mondiaux, l’attribution de médailles d’or à des étudiants algériens dans des compétitions internationales, ainsi que l’obtention d’une médaille de bronze aux Olympiades de mathématiques.

Daoudi a également évoqué l’introduction de nouvelles spécialités telles que l’infométrie, témoignant de l’ouverture accrue de l’université sur l’entrepreneuriat. Il a rappelé que l’université algérienne constitue aujourd’hui une valeur ajoutée à l’économie nationale, ne se limitant plus à fournir des services éducatifs classiques, mais s’imposant comme une véritable productrice de richesse, de projets d’affaires et de programmes de développement scientifique.

Sur le plan de la digitalisation, le responsable a révélé que le secteur de l’enseignement supérieur était désormais soutenu par 58 plateformes numériques, soulignant une augmentation notable des taux de réussite par rapport aux années antérieures. Ces plateformes, dédiées à des aspects pédagogiques, de recherche et de services, positionnent l’enseignement supérieur algérien comme un leader en digitalisation.

READ  Découverte exclusive : Le Général de Corps d'Armée Saïd Chanegriha en mission de haute importance à la troisième zone militaire

De plus, Daoudi a partagé des données encourageantes concernant la formation de 58 000 étudiants et professeurs en anglais, en parallèle à l’enregistrement d’une impressionnante augmentation de notes durant le premier semestre de l’année universitaire en cours.

Il a également fait observer une baisse significative des taux d’échec en première année universitaire, passant de 38% à 17%, grâce notamment à l’adoption de la numérisation. Outre l’ouverture significative des universités sur les plans social et économique, Daoudi a révélé que l’adoption d’une approche sans papier en 2023 a permis à la trésorerie publique d’économiser des milliards.

L’Avenir promet d’être radieux pour le secteur de l’enseignement supérieur en Algérie, un secteur clé dans l’édification d’une nation prospère et compétitive sur la scène internationale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
P